Protéger les ours blanc !

11

Quand on pense aux animaux vivant dans l’Arctique, le premier qui nous vient en tête est sans doute le puissant ours blanc, aussi appelé ours polaire. Ces ours sont les plus grands carnivores terrestres (ils peuvent peser jusqu’à 800 kg !) et ils sont parfaitement adaptés pour la vie dans une contrée glaciale. Le Canada abrite 60 % des ours blancs et il est important de les protéger, car l’un des plus redoutables défis auxquels ils sont maintenant confrontés est celui des changements climatiques. Les ours blancs ont besoin de la banquise pour chasser les phoques, leur principale source de nourriture, mais à mesure que la glace fond, la chasse devient plus difficile pour ces grands prédateurs. C’est là où vous entrez en jeu !

Je jure que c’était de la glace hier …

La vie d’un ours

Difficile à imaginer, mais à la naissance, les ours blancs ne sont pas beaucoup plus gros que des cochons d’Inde. Les oursons naissent en hiver et restent avec leur mère pendant deux ans à apprendre comment survivre dans l’Arctique. Heureusement, ils possèdent des particularités étonnantes qui les gardent bien au chaud : leurs poils sont creux, ils sont pourvus d’une épaisse couche de graisse et ils sont recouverts d’un duvet spécial qui permet de les isoler du froid. Pour éviter la perte de chaleur, les ours blancs ont également de petites oreilles rondes et une toute petite queue.

Souriez pour la caméra, les enfants! Crédit photo: Andrew Derocher

Ils ont besoin de notre aide !

Dans le détroit de Davis, au cœur de l’Arctique entre le Canada et le Groenland, les ours blancs se nourrissent principalement de phoques du Groenland. Ainsi, pour survivre, les ours blancs ont non seulement besoin d’espaces sûrs pour vivre et élever leurs petits, mais aussi de populations de phoques du Groenland à proximité pour nourrir leur famille ! Malheureusement, à cause des changements climatiques qui entraînent la fonte de la banquise, cet habitat devient de plus en plus difficile à trouver, tant pour les ours blancs que pour leurs proies. Et c’est un gros problème !

En adoptant symboliquement un ours blanc, vous soutenez le travail de Larissa Thelin, chercheuse de l’Université de l’Alberta, qui travaille sur un projet susceptible de nous en apprendre beaucoup plus sur les habitudes des ours blancs et des phoques du Groenland dans leur habitat. Elle utilisera la télémétrie radio et le suivi radio par satellite pour savoir où ces animaux passent la plupart de leur temps. En déterminant les endroits où les habitats des phoques et des ours se chevauchent, la chercheuse pourra mieux cerner les zones les plus importantes à protéger dans le cadre de nos efforts visant à prévoir les conséquences du réchauffement climatique sur la banquise.

11 COMMENTS